Ce que je crois

Nous formulons ici nos réserves et devoilons ci après notre scepticisme vis-à-vis des accords politiques qui traversent l’espace haitien avec des arguments connus, longuement exprimés, longtemps expliqués et logiquement soutenus mais qui nous éloignent inéluctablement de la normalité constitutionnelle et juridique.

Aujourd'hui le paysage politique haïtien souffre de la maladie du pouvoir provisoire. Tous les acteurs politiques et chefs de Partis normaux devraient essentiellement rechercher et exiger le retour ànl'ordre constitutionnel. Mais beaucoup de leaders haïtiens qui se disent de la societé civile ne réclament et ne chantent que : Gouvernement provisoire, Président provisoire, premier ministre provisoire. Une transition qui n’en finit pas . Tout cela pour asseoir leur soif de pouvoir. Mais pas des raccourcis.

Ou est le peuple dans tout cela ? Ces pseudos leaders veulent afaire croire au peuple haïtien que seul un gouvernement provisoire peut faire de grandes choses et que le Pays n'est pas encore prêt pour les élections.

Tout bon politicien, tout vrai haïtien patriote ne devrait avoir que deux priorités pour l'instant:
1) Rétablir la sécurité partout dans le pays.
2) Organiser des élections générales.

Toute autre initiative est de l'usurpation et de la perte de temps. Car aucune vraie rupture ou réforme ne peut se faire par un gouvernement provisoire et l'ignorer ou ne pas le savoir relève d'un manque de jugement patent et d’absence de logique et démontre clairement la volonté de maintenir le statu quo pour continuer à voler les maigres ressources du Pays.

Ayiti kanpe, exigent deux choses des gens au pouvoir de facto : le rétablissement de la sécurité sur l'ensemble du territoire et l'organisation des élections qui ne doivent aucunement être des sélections. C'est le défi à relever et le grand pari à gagner. Tout le reste est une perte de temps.

Pour Ayiti kanpe, le Pays n'a pas besoin d'une énième transition. Celle d'Ariel nous va certainement déjà très mal. Alors, une autre transition et toujours les mêmes réclyclés n'est nécessaire, mais rentrer définitivement dans la légalité et la normalité constitutionnelles et juridiques est un impératif. Le bon sens, la sagesse, l'expérience et la prudence nous le commandent.

Joseph Harry BRETOUS
Leader du Parti Ayiti Kanpe

Commentaires


En Direct

Player

Calendrier

  • Mont Carmel

    Détails

Projet